Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2008

Utopia in Uniform (pdf)

Zeev Drori, un officier de réserve, parachutiste qui commanda une brigade, est l’auteur d’une référence sur les FDI de la première décade d’Israël et notamment de leur rôle social. The Israël Defense Forces and the foundation of Israël : Utopia in uniform (2005) dresse un tableau très complet de l’activité des FDI au niveau de la contruction du pays israélien et de la nation israélienne à partir de 1948. Israel : The First Decade of Independence (1995), un ouvrage collectif qui repréoduit une série d’articles sur l’activité sociale, politique et économique d’Israël après la Guerre d’Indépendnance propose un article de DRori qui résume les grande idée de son livre. Il s’agit à mon sens d’une référence pour qui cherche à comprendre l’identité des FDI en tant qu’institution militaire.

Ben Gurion fit des FDI l’outil pour bâtir Israël, sur le plan géographique et idéologique. Les FDI assurèrent donc un rôle capital au niveau des deux fonctions primordiales du nouvelle État juif, le peuplement du territoire et l’absorption de l’immigration dans la nouvelle communauté israélienne. Trois atout déterminaient le choix de l’institution militaire: le prestige gagné à la suite de la Guerre d’Indépendance, le fait qu’après la dissolution de la Palmach, l’armée se soit constituée indépendamment des rivalités de partis qui constituent l’essence de la politique israélienne, un budget déjà très important et le volume du personnel cadre et donc la capacité à entreprendre de grands projets au niveau national. Les FDI devaient être le vecteur de la constitution de l’éthique sioniste et au delà de l’immigration, agirent aussi au niveau de la jeunesse. Elle eu aussi un rôle d’éducateur au sens plus classique, sur le modèle de l’armée française à la fin du XIXe siècle, et assurait à Israël que sa population puisse accéder à la modernité sur des plans banals que l’hygiène et l’éducation civique et aussi fondamentaux que l’apprentissage de l’hébreu. En définitive, pour reprendre les mots de Drori, les FDI avait pour tâche de produire le jeune israélien, pionnier et combattant.

Le site des FDI rapporte à ce sujet un discours du CEMA Ashkenazy, prononcé à l’occasion d’une réunion d’officiers supérieur sur une base des FAI.

« An Army of the People » – 23 September 2008

“Despite all of the obstacles, the IDF will remain an army of the people.  A professional army is not an option for us because our skill will deteriorate significantly.  Our goal is to increase the draft quota by combating the draft dodgers, making the most of our enlistees, promoting service among the youth of Israel, and  other activities that encourage the draft rate.  We’re fighting for every enlistee.”

On peut difficilement comprendre ce discours sans avoir conscience de l’importance historique du rôle social des FDI. Le poids de traditions est important et indépendamment de l’évolution géostratégique et des choix organisationnels des FDI, et à l’heure ou l’idée d’une professionnalisation limitée/accrue/avancée est régulièrement mis en avant, il est bon de rappeler qu’il y eu trente ans entre les premières questions sur l’intérêt du service national en France et son abandon en 1996, ce dans une situation stratégique incomparable. Souvent comparé à la Prusse du XVIIIe siècle, une « armée possédant un État », Israël serait avant tout un État construit par l’armée.

Read Full Post »